• Benjamin Sacchet

Produits structurés : comprendre le Bitcoin et s'y positionner en pilotant le risque

Mis à jour : juin 1

Les cryptomonnaies sont un investissement hautement spéculatif mais pour lequel l’intérêt public est croissant. Risque et rendement sont deux inséparables, et il devient de plus en plus délicat pour les investisseurs de se positionner. Dans le cas du Bitcoin, l’épisode de 2017 marque toujours les esprits : un effet de Fear Of Missing Out (FOMO) provoqua des mouvements haussiers quotidiens de 10% à 20%, suivis par une forte correction. Les produits structurés sont adaptés à ce type de scénarios de forte volatilité, et permettent d'optimiser les stratégies d'investissements pour tous ceux souhaitant se positionner.



1°. Le Bitcoin, qu’est-ce que c’est ?


Le Bitcoin (BTC) est une monnaie numérique, basée sur la technologie de la blockchain, ou système de chaîne de blocs en français. Cette technologie permet de stocker et transférer des données de manière transparente et, a priori, inviolable. La blockchain constitue l’ensemble des transactions effectuées ; un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Bitcoin et Blockchain sont donc complémentaires.


Ainsi le Bitcoin n'est pas une monnaie au sens noble du terme puisqu'elle n'en a pas les attributs (échange, unité de compte, réserve). Cette position hybride entre actifs et quasi-monnaie privée fait aujourd'hui de cette cryptomonnaie un élément de spéculation fort sur son potentiel devenir. Par ailleurs, le Bitcoin est entièrement décentralisé. Il n'est pas distribué par une banque centrale et n'est contrôlé par aucune entité contrairement aux monnaies traditionnelles. Ces dernières peuvent en outre être soutenues par des politiques monétaires et/ou budgétaires qui par l'amélioration des perspectives économiques qu'elles défendent, renforcent la confiance qui leur est portée. Les monnaies traditionnelles agissent ainsi comme de véritables étendards de la prospérité d'une nation, quand le Bitcoin n'a que pour seule attache tangible la blockchain sur laquelle il est bâti.


2°. Une volatilité en partie expliquée par l'absence de mécanisme de freinage ?


Depuis sa création, le Bitcoin connaît une volatilité erratique. Si l'épisode de 2017 marque les esprits, les évènements récents n'en sont pas moins hors du commun. La cryptomonnaie a vu son cours augmenter de plus de 1 000 % en un an pour atteindre 51 270 EUR le 12 mars 2021. Toutefois, la monnaie a depuis perdu 13% et vaut autour de 44 000 EUR fin avril 2021.


Halving et minage aux origines de la volatilité ?


Le Bitcoin n'est pas créé par une banque centrale, il est miné. Le minage est l'opération informatique qui permet de sécuriser les transactions, et donc la blockchain sur laquelle le Bitcoin est basé. Il requiert une grande puissance de calcul, et est effectué contre rémunération par des particuliers et des professionnels.


Le Bitcoin a une capacité de création finie, il ne peut y avoir plus de 21 millions de Bitcoins en circulation et cette valeur sera atteinte en 2140. Pour contrôler le minage, le taux d'émission perçu par les mineurs est divisé par 2 tous les 4 ans, c'est ce qu'on appelle le Halving.


Les mouvements du Bitcoin sont-ils conjoncturels ?


Il a récemment été noté que le renminbi chinois avait une corrélation de 84% avec le Bitcoin sur les 12 derniers mois. Autrement dit, lorsque le RMB s'appréciait par rapport au dollar, le Bitcoin aussi, 84% du temps (Bretton Woods Research). L'euro avait lui une corrélation de 75%.


Corrélation n'est toutefois pas causalité, les origines de la volatilité sont multiples et sujettes à débat. L'idée la plus populaire est aussi la plus simple : la Chine possède plus de 60% des mineurs de Bitcoin dans le monde. La chute récente du Bitcoin suit une panne de courant ayant eu lieu dans la région du Xinjiang du fait d'une inondation. Cette panne de courant a affecté les nombreuses fermes de minage de Bitcoin de la région, ce qui a très fortement impacté la capacité de traitement des transactions.


De nombreux autres facteurs contribuent également à l'évolution du cours du Bitcoin. Par exemple, la Turquie a récemment voté l'interdiction des paiements en cryptomonnaies sur son territoire, et cette décision a très probablement également contribué à la chute. Le Halving, l'introduction en Bourse de Coinbase (une plateforme qui permet d'acheter, d'échanger et de stocker des cryptomonnaies), l'achat de 1.5 Mds USD de Bitcoin par Tesla, ou encore la récente annonce du lancement d'un fonds de gestion actif J.P. Morgan dédié au Bitcoin sont tout autant de facteurs qui font varier le cours.


Il semble dès lors que la volatilité erratique de la cryptomonnaie soit expliquée par son incapacité à être contrôlée et régulée. Sa force est également sa faiblesse.


À Wall Street, lorsque l'indice S&P 500 perd plus de 7% par rapport à la veille, un "circuit breaker" se met en place. Un arrêt automatique des cotations s'active pendant 15 minutes. Si la baisse se poursuit, deux nouveaux arrêts automatiques sont programmés, lorsque l'indice chute de 13% et 20%. Cela permet de limiter les comportements moutonniers, et de contenir la volatilité, ce qui n'existe pas pour le Bitcoin.


3°. Comment investir en pilotant le risque ?


Investir dans la cryptomonnaie comporte donc de grands risques, qu'il est possible toutefois d'atténuer à l'aide de produits structurés.


Pourquoi les produits structurés sont utiles en cas de volatilité ?


Les produits structurés sont des véhicules d'investissement clairs et lisibles qui permettent de connaître à l’avance les gains et les pertes potentiels. Ils sont intéressants en cas de volatilité car ils permettent de profiter d'une anticipation à la hausse tout en améliorant la protection en cas de baisse des cours, Avant-Garde Investment propose ainsi de nombreux produits structurés sur-mesure.


Application au Bitcoin et à l'Ethereum.


Il est par exemple possible de créer un produit structuré avec un rendement potentiel p.a. de 20.80% si le Bitcoin est supérieur ou égal à sa valeur initiale à maturité (9 mois dans cet exemple), et qui garantit un remboursement intégral du capital même si le Bitcoin baisse de 30%. De multiples combinaisons sont possibles, comme le montre le tableau ci-dessous.



WO* : Worst Of, un produit structuré combinant deux sous-jacents et prenant pour référence le moins performant, ce qui explique les rendements supérieurs.

Cas 1 : Le Bitcoin est supérieur ou égal à sa valeur initiale : l'investisseur reçoit un gain total de 20.80% p.a.

Cas 2 : Le Bitcoin est entre 50 000 EUR et 35 000 EUR : l’investisseur reçoit son investissement initial, il ne subit pas de pertes malgré la chute du cours

Cas 3 : Le Bitcoin est inférieur à 35 000 EUR : l’investisseur récupère la valeur résiduelle du sous-jacent


Une question ? Échangez avec un gérant privé au 01 71 24 82 51 ou par e-mail via investisseurs@avantgarde-investment.com.